Équipe Olympique - Le 04 août 2020 - 15h32
Les informations contenues dans cette page ne sont valables avec certitude que jusqu'à cette date et heure.

Pour pouvoir visualiser l'animation, vous devez télécharger le plugin Adobe Flash Player.

Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Christophe Rambert, portrait d’un enfant du pays devenu athlète de haut niveau

Christophe Rambert, portrait d’un enfant du pays devenu athlète de haut niveau

Publié le 24 juin 2013

L’excellence sportive se décline aussi dans les territoires de l’Audomarois et du Calaisis.

Lundi 17 juin, une nouvelle cérémonie de soutien financier aux athlètes de haut niveau a eu lieu à La Coupole d’Helfaut. Ces réceptions permettent de valoriser le lien que le Conseil général tisse avec ses athlètes et témoigne de la vigueur de l'excellence sportive sur nos territoires.
41 athlètes ont été récompensés lors de cette rencontre, dont Christophe Rambert, du club ASHP Audomarois, Vice-champion du monde en 2011 et récemment Champion de France de tir en 50 mètres couché.

Christophe, comment es tu devenu athlète dans la discipline du tir ?

Ce n’était pas prévu. J’ai eu un accident du travail à l’âge de 23 ans. Je suis devenu handicapé à cet âge. Avant je jouais au football en amateur. J’ai commencé le tir en loisir à l’âge de 32 ans. Pendant 10 ans, j’ai connu la rééducation. Un jour, mon médecin qui pratiquait le tir en amateur, m’a proposé d’essayer. C’est lui qui m’a amené à ce sport. Ça s’est fait comme ça, c’est un destin qui s’est révélé.

Quel est ton lien avec le Département ?

Je suis né ici à Helfaut, et je suis attaché à mes origines. Le Département m’apporte un soutien financier et c’est appréciable. Par ailleurs, je reçois de temps en temps des courriers de soutien de la part des élus. Le dernier est celui de Michel Lefait, (Vice-président du Conseil général), qui m’a envoyé un courrier pour me féliciter. Ça fait plaisir de voir qu’on est suivi.

Quel est ton meilleur souvenir dans le Pas-de-Calais ?

J’ai eu l’honneur de recevoir une médaille par les élus. Devant eux c’est grandiose, c’est une autre dimension.

Comment vois-tu l’avenir et quels sont tes nouveaux challenges ?

Je pars bientôt en Angleterre pour tenter de me qualifier pour les paralympiques. C’est un nouveau défi. J’entraine également des jeunes dans le département et c’est très motivant de transmettre ce qu’on sait faire.

Cette année la priorité est donnée à la jeunesse dans le département. Qu’est ce que tu conseillerais à un jeune qui débute le sport de haut niveau ?

Je lui conseillerais de faire preuve de patience, de développer un mental fort et surtout de ne pas compter les heures d’entrainement. Moi je m’entraine trois jours par semaine et parfois plus. Il faut se donner les moyens pour réussir.

 

Découvrez également : le site de l’Équipe Olympique Pas-Calais

Pas-de-Calais - Le D�partement

Mentions légales - Crédits